De nos jours, suite à l’avancée de la technologie, il existe plusieurs solutions d’impression. Il est possible d’imprimer des documents, des photos, des étiquettes, etc. Mais ces impressions ne sont pas assurées par une seule machine. En fait, il existe plusieurs modèles d’imprimantes et étiqueteuses.

Deux choix possibles

Pour l’impression, vous aurez deux choix. Vous pouvez soit opter pour une imprimante classique, soit pour une imprimante étiqueteuse. Une imprimante classique est destinée à imprimer des documents, des photos, etc. L’imprimante étiqueteuse ou imprimante étiquette thermique est un modèle destiné à imprimer des étiquettes. Elle peut aussi imprimer des codes-barres sur du papier cartonné, laminé, déchiré, etc. Suivant le besoin d’impression, il faut donc choisir l’imprimante à utiliser.

Les différentes sortes d’étiqueteuses

Il y a tout d’abord l’imprimante étiqueteuse de bureau. Elle est simple, pratique et silencieuse. Elle est composée de rouleaux d’étiquettes qui peuvent atteindre 4 pouces de large. Ensuite, il y a l’imprimante étiquette thermique commerciale. Elle est reconnue pour sa robustesse. Elle est apte à contenir plusieurs rouleaux allant jusqu’à 8 pouces. Après, il y a l’imprimante étiqueteuse industrielle. Elle est utilisée en usine ou en entrepôt. Elle permet une production continue (un volume allant jusqu’à plusieurs milliers d’impressions par jour).

Il y a ensuite l’imprimante étiquette thermique portable. Il y a aussi l’étiqueteuse personnelle. Elle permet de réaliser des étiquettes personnalisées. Elle est généralement utilisée par les particuliers vu qu’elle n’a pas la possibilité d’assurer des impressions continues. Enfin, il y a l’imprimante étiquette thermique compacte. Elle dispose souvent de fonctionnalités avancées comme une mémoire, une connectivité Bluetooth, un système de découpage et de prédécollage, etc. La largeur d’impression varie entre 54 et 104 mm.

Imprimantes classiques

En général, il existe 5 sortes d’imprimantes classiques. Il y a celles à marguerite, celles dites matricielles, à jet d’encre (à bulles), laser et LED. Les modèles à marguerite fonctionnent via le principe de la dactylographie. Les imprimés s’affichent en relief sur une matrice. Cette dernière a la forme de marguerite. Pour l’impression, il faut placer un ruban imbibé d’encre entre la feuille et la marguerite. À noter que ce genre de machine est lent et bruyant.

Concernant l’imprimante matricielle, on l’appelle aussi imprimante à aiguilles, à impact ou Dot-Matrix printer. Elle a la possibilité d’imprimer via un mouvement de va-et-vient. Pour ce faire, elle utilise un chariot avec une tête d’impression. Des aiguilles sont disposées sur la tête et sont poussées par un électro-aimant. Entre la tête et le papier, il y a un ruban encreur. Il défile afin d’approvisionner le papier en encre. Grâce à ce système, l’imprimante peut réaliser des impressions précises et de qualité.

Pour l’imprimante à jet d’encre et à bulles, elle est composée de buses ressemblant à des seringues. Ces dernières sont ensuite chauffées à une température avoisinant les 300 et 400 °C par seconde. Chaque buse éjecte ensuite une gouttelette d’encre suite au chauffage.

Concernant l’imprimante laser, elle est plus rapide et la qualité d’impression est élevée. Ce genre de modèle utilise une technologie qui ressemble à celle des photocopieurs. L’imprimante est composée d’un tambour photosensible. Il est chargé électrostatiquement. Il existe deux sortes d’imprimantes laser. Il y a les modèles carrousels et les modèles tandems. À carrousel, l’imprimante réalise l’impression en effectuant quatre passages. À tandem, l’imprimante dépose les couleurs à chaque passage.

Le dernier modèle d’imprimante est l’imprimante LED. Le tambour est polarisé via une technologie équipée de rampe de diodes électroluminescentes. Cela permet d’obtenir des impressions fines avec une résolution de 600 à 2400 ppp. La technologie utilisée est dépourvue de parties mobiles. Cette imprimante est donc robuste et fiable.